vendredi 23 décembre 2016

Revue Verso n°167


Le numéro 167 de la revue Verso (14,7 cms X 21,4 cms), animée par Alain Wexler, comprend des poèmes et proses de William Shakespeare (traduit par Mermed), Fabrice Farre, François Charvet, Gérard Lemaire, Marie-Laure Adam, Béatrice Machet-Franke, Clément Bollenot, Grégory Parreira, Lodi, Nicolas Rouzet, Samaël Steiner, Christian Belloir, Geneviève Cornu, Bernard Deglet, Patrice Blanc, Céline Maltère, Jeanpyer Poëls, Michel L'Hostis, Olivier Millot, Stéphane Casenobe, Elisabeth Rossé, Stéphane Robert, Pascal Mora, Jean-Marc Thévenin, Willem Hardouin, Alain Guillard, Jean-Paul Prévost, Hubert Fréalle, Jean-Jacques Nuel, Alain-Jean Macé, ainsi qu'une nouvelle de Barbara Savournin.

Ainsi que l'édito et les chroniques d'Alain Wexler, Jean-Christophe Ribeyre, Valérie Canat de Chizy (recueils de poésie), Christian Degoutte (revues), Jacques Sicard (cinéma), Miloud Keddar (peinture).

L'illustration de couverture est d'Alain Wexler.

Extrait du numéro 167, "La main", de Jean-Paul Prévost :

"La main

Il rêvait d'un jardin beau comme un soleil d'été,
 De courants d'air chauds surs sa peau, de bruissements d'eau, de pêche à la truite.
Il rêvait de cerises, de noyaux sucés,
Il rêvait au feuilles extraordinaires des plantes grasses vertes et rouges,
Il rêvait de temps qui ne passe plus...
Il rêvait...

Mais la cadence s'est ralentie.
Sa main est restée sous la presse.
Et la main sans son bras court tout autour des murs et des établis.
Et la chaîne ne s'arrêt pas.
La main file sur le tapis roulant.
Les autres voient la main passer : aucun ne relève la tête;
Ils voient que c'est une main ; qu'elle pourrait être la leur;
Et disent simplement "c'en est un qui rêvait d'un jardin"...

Et lui qui ne comprend rien brandit son moignon sans main !
Il rêvait d'un jardin. De courants d'air chauds. De soleil.
De plantes grasses. 
Il brandit son moignon sans main comme un étendard vaincu.

C'était sa main gagne-pain, mange-pain; la main-caresse,
La main-amour,
La main-travail. La main-travail. C'était surtout cela sa main.
Et la main court, court, tout autour des murs et des établis.
Des gouttes de sang tombent dans les roulements à billes.
Et les roulements grincent !
Et tout le monde gueule. Les grincements sont terribles. Comme des pleurs
Et les larmes de sang coagulent dans les roulements...

Alors, vite, le chef graisseur remet de l'huile anti-coagulante sur les axes des paliers, et le tapis roulant repart, court, court, tout autour des murs et des établis.
    Et la main tombe, dans le panier, prévu à cet effet.

    A côté de l'usine,
    Au soleil,
    Bien exposé,
    Il y a un jardin où d'autres jouent au golf
    Les mains gantées de peau de crocodile.

    C'en était un qui rêvait d'un jardin..."

Pour en savoir plus sur ce numéro 167 de la revue Verso, dont le numéro est vendu au prix de 6 €, contact : http://revueverso.blogspot.fr

vendredi 16 décembre 2016

Revue Décharge n°172


Le numéro 172 de la revue Décharge (14,8 X 20,9 cms), qui est animée par Jacques Morin et Claude Vercey, comprend des poèmes de Sammy Sapin et de Éric Godichaud (Frédérick Houdaer et Alexandre Millon pour les présentations de leurs recueils respectifs publiés dans la collection Polder), Jeannine Salesse (dossier de Claude Vercey, Luce Guilbaud, Louis Dubost Jean-Louis Jacquier-Roux), Jeanine Baude (entretien avec Mireille Fargier-Caruso), Margret Kreidl (entretien avec Yves-Jacques Bouin), Georges Cathalo (sur les éditions le Temps des Cerises), des chroniques de Murièle Camac, Mathias Lair, Louis Dubost, Claude Vercey, Florence Saint-Roch, des poèmes d'Estelle Fenzy, Yves Ellien, Pierre Moreno, Vincent Motard-Avargues, Jean-Baptiste Pédini, Marc Gratas, Geneviève Vidal, Hélène Vidal, Sydney Simonneau, Eric Dubois, Christophe Brégaint, Françoise Vignet, Marna Skalova, Alain Brissiaud, Annie Salager, Guy Allix, Igor Quézel-Perron, ainsi que des notes de lecture de Alain Kewes et Jacques Morin.

Les illustrations (dont celle de couverture) sont de Pascal Leroy.

Extrait de ce numéro 172 de « Décharge », voici le début de « La photocopieuse », d'Igor Quézel-Perron :

« Machine incarnant les Temps modernes en miniature, seul outil de fabrication présent dans les bureaux, petite usine habillée d'un plastique souvent beige, usuellement recluse dans une salle exiguë qu'elle baptise et où elle peut côtoyer des fournitures ou des archives, la photocopieuse est un objet à la personnalité complexe, alternant sans prévenir des périodes de grande productivité et d'apathie (...)».

Et pour en savoir plus sur la revue « Décharge », dont le numéro est vendu au prix de 8 €, rendez-vous sur son site : http://www.dechargelarevue.com/

jeudi 15 décembre 2016

Revue Les hésitations d'une mouche n°79


Le numéro 79 des « Hésitations d'une mouche » (13 X 18 cms) propose des nouvelles (ou contes) de Sylvie Huguet, Patrick Larriveau, Laurent Deheppe, Xavier Frandon, Patrick Beaucamps, Serge Algara, Fabrice Chaudier, ainsi que des poèmes de Jean-Pierre Carraro, Catherine May, Basile Rouchin et Marie Ramon.

Pour ce numéro 79, le « coup de projecteur » (entretien) du début m'est consacré.

L'illustration de couverture de ce numéro consiste en la reproduction d'une peinture de Benoit Ayéla.

Extrait de ce numéro 79 et des "Visions d'été", de Basile Rouchin :

"A force d'être remerciés

Par la mer,
Les culs de bouteille
Finirent polis".

Si vous souhaitez en savoir plus sur le numéro 79 de la revue « Les hésitations d'une mouche », dont le numéro est vendu au prix de 2 €, contact : http://leshesitationsdunemouche.jmdo.com/

Revue Comme en poésie n°68


Animée par Jean-Pierre Lesieur, la revue « Comme en poésie » (14 X 21 cms), en son numéro 68, propose des textes de Aziz Zaâmoune, François Lissagaray, Charles Desailly, Eric Désordre, Agnès Doligez, Gérard Mottet, Maurice Richoux, Guillaume Dreidemie, Christophe Forgeot, Guy Chaty, Didier Bazile, Gabrille Burel, Valère Kaletka, Guy Knerr, Line Szöllözi, Werner Lambersy, Claude Albarède, Guy Chaty, Alain Jean Macé, Jeanne Lavergne Uteau, Michelle Caussat, Dirck Christiaens, Christian Degoutte, David Bijou, Ferruccio Brugnaro (traduit par Jean-Luc Lamouille), Simon Mathieu, Christian Bulting, Denis Parmain, Jean-Marc Couvé, David Nadeau et Jean-Pierre Lesieur.

Ainsi que les rubriques habituelles des Cartes légendées, de Pot au feu, de la Cité critique, des informations sur les revues.

Parmi les rubriques moins habituelles, je citerai celle consacrée par Florent Toniello à la poésie contemporaine au Luxembourg, un dossier enfant de cœur (avec des textes de Guy Chaty, Ludovic Chaptal et Marcel Faure), et enfin trois critiques de Jean Chatard.

Les illustrations sont de François Teyssandier, Bruno Sourdin, Claudine Goux, Ludovic Chaptal (notamment pour celle de couverture).

Extrait de ce numéro 68, un retour aux fondamentaux (encore faut-il l'écrire) de Ferruccio Brugnaro :

"Je ne suis pas intéressé, pas intéressé
                     par une poésie
qui ne se mêle pas, qui n'est pas partie sanglante
                     des frustrations
des atroces souffrances
de millions et de millions d'hommes
                   contraints au silence
                         enfermés en prison
                                     tués.
Je ne suis pas intéressé
par une poésie
aux sons agréables
divagations, abstractions de merde.
                    Je dois rejoindre
la solitude, la faim lancinante
du paysan d'Amérique du Sud.
                   Je dois recueillir toujours
                             plus profondément
la lutte créatrice acharnée
de tous les ouvriers de la terre.
Dans l'isolement, dans la douleur méprisée
                             de mes compagnons noirs
dans leur dure angoisse quotidienne
                                      dans leur mort
mon cœur et mon action tenace sont plantés."

Si vous souhaitez en savoir plus sur la revue « Comme en poésie », dont le numéro est vendu au prix de 3 €, contact : http://comme.enpoesie.over-blog.com/

mardi 6 décembre 2016

Revue Cabaret n°20


La playlist du numéro 20 de la revue Cabaret (10, 4 cms X 14,9 cms), animée par Alain Crozier, est inscrite sur sa couverture, reproduite ci-dessus.

Je précise que l'édito est de Muriel Carrupt et que les illustrations de ce numéro (dont celle de couverture) sont de Sophie Brassart.

Extrait du numéro 20, le poème ci-dessous de Claire Kalfon :

« Quand le ciel est charbonneux
Il fait nuit dans ma cage thoracique
Les mères quittent la scène
Les unes après les autres
Laissant derrières elles
Les gouttières obstruées
Les descentes
En épingle à cheveux
Et les lisières silencieuses

Quand le présent est tendu
Comme une peau de tambour
Entre ici et tout à l'heure
Voici celle qu'on n'attend pas
Une trouée dans les nuages
Où se faufilent du bleu
Du mauve et de l'incontournable
Alors je mets mon pas parmi les pas
Et je respire »

Pour en savoir plus sur la revue Cabaret, dont le numéro est vendu au prix de 2,5 €, contact : http://www.revuecabaret.com/

vendredi 2 décembre 2016

Revue Interventions à Haute Voix n°56


Le numéro 56 de la revue « Interventions à Haute Voix » (14 X 20 cms), animée par Gérard Faucheux et la MJC de la Vallée de Chaville (25 rue des Fontaines Marivel 92370 CHAVILLE), comprend des textes de Danielle Allain Guesdon, Eliane Bidermann, Anne-Lise Blanchard, Anne Bouchara, Ferruccio Brugnaro (traduit de l'italien par Jean-Luc Lamouille et Béatrice Gaudy), Françoise Caron, Stéphane Casenobe, Chloé Charpentier, Eric Chassefière, Guy Chaty, Gérard Cléry, Gérard Faucheux, Cathy Garcia, Béatrice Gaudy, François Ibanez, Alain Lacouchie, Bernard Le Blavec, Jean-Luc Le Cleac'h, Gérard Lemaire, Eve Lerner, Jacques Lucchesi, Fabienne Moineaud, Jean-Jacques Nuel, Teresinka Pereira (traduit du portugais par Béatrice Gaudy), Patrice Perron, Mireille Podchlebnick, Edouard Richebonne, Basile Rouchin, Alejandro Stuard (traduit par Béatrice Gaudy).

Le thème de ce numéro est « Indignons-nous !» (avec un édito de Marie-José Christien).

Les illustrations sont d'Eliane Biedermann, Christine Delcourt, Jean-François Cochelin, Cathy Garcia (pour la une de couverture), Béatrice Gaudy.

Les notes de lecture (des recueils de poèmes et des revues) sont d'Eliane Biedermann, Laurent Bayssière, Guy Chaty, Jean-Louis Bernard, Marie-José Christien (sur les éditions du Petit Véhicule), Gérad Paris, Pierre Tanguy, Béatrce Gaudy, Lucien Wasselin, Basile Rouchin, Gérard Faucheux.

Extrait de ce numéro 56, et de Gérard Lemaire, décédé le 7 octobre dernier :

« Comment ignorer la violence
Je l'entends jusque dans le ventre des mères

Pardon de ne pas être inoffensif
Certains poèmes ne peuvent être montrés à personne

Il existe une beauté sombre
Elle brûle les doigts et peut-être tout le corps

J'entends la violence en me bouchant les oreilles
Enfant dans un valdingue de quartier

Pas innocent plus qu'un autre et la moyenne
Je ne pouvais devenir le héros que j'aurais voulu

Le destin m'avait laissé sans arme
Les autres se servaient de moi à loisir

Bien sûr j'essaie l'élégance en singeant le hasard
Parfois la violence fait semblant de s'éloigner ».

Pour en savoir plus sur la revue « Interventions à Haute Voix », dont le numéro est vendu au prix de 12 €, contact : gerard.faucheux@numericable.fr

mardi 22 novembre 2016

Revue Microbe n°98


Le numéro 98 de la revue Microbe (10,4 cms X 14,9 cms), animée par Eric Dejaeger et Paul Guiot, comprend des textes de Jane Agou, Eric Allard, Monique Benintendi, Raphaëlle Blomberg, Pascale Chomier, Pierre Desagre Jean-Marc Flahaut, Paul Guiot, Frédérick Houdaer, Jo Hubert, Marc Menu, Grégory Pareira, Hélène Piris, Franceco Pittau, Véronique Pollet, Sammy Sapin, Isabelle Voscaroudis. Avec des photographies de Pierre Desagre (dont celle de couverture).

Extrait du numéro 98 de « Microbe », et de Raphaëlle Blomberg :

« Devant le théâtre, mon vélo est attaché bas.

Faisant pivoter la clef dans l'antivol, je souris de mon achat compulsif, comme ça en passant devant le théâtre : j'ai pris des places pour Dorian Gray.

Dorian Gray, un béguin d'ado.

Les baskets d'un jeune homme viennent s'immobiliser sur l'asphalte devant moi.

Je relève la tête et c'est, en contre-plongée, le même jeune homme que sur l'immense affiche au fronton du théâtre derrière lui, Dorian Gray un gamin qui regarde une dame détacher son vélo, Dorian Gray qui sourit démaquillé de près, Dorian Gray en pantalon de toile, Dorian Gray en plein soleil qui attend souriant de pouvoir accéder à son vélo.

Est-ce qu'il y a,
dans ta vie,
des mouvements caméra
de folie ? »

Pour en savoir plus sur la revue Microbe, dont c'est l'antépénultième numéro, contact : http://courttoujours.hautetfort.com/

jeudi 10 novembre 2016

Revu n°2


Le numéro 2 de la revue « Revu » (15 cms X 21 cms), dont le thème est « Trottoir, la ville à nos pieds », comprend des textes ou photographies de Nahida Bessadi, Julien Blaine, Guillaume Blanco, Marie Bouchez, Ronan Charles, Chloé Charpentier, Patrick Chavardès, Théophile Coinchelin, Ed Dantes, Louison Dolomez, Khalid el Morabethi, Patrick Dubost, Nawal Fahrat, Cyril Faucher, Estelle Fenzy, Tom Nisse, Amélie Guyot Hector Haas, Denis Heudré, René-Ralf, Chloé Latouche, Christophe Manon, Julie Maurice, Jean-Jacques Marimbert, Théo Maurice, Marine Gross, Simon-Pierre Menard de Saint-Just, Mathieu Olmedo, Ahmed Slama, Elise Vandel-Deschaseaux, Manon Roth, Gilbert Vautrin, Gilles Videux, Didier Zanon, A 427.

À noter la rubrique critique de « Situations » avec notamment un article de Chloé Charpentier intitulé « L'escargot », sur la lenteur dans la ville.

Extrait de ce numéro 2 de « Revu », ce poème de Marie Bouchez :

« Dans le matin cassé une poussière
Luit.
Elle pépie faiblement sur le trottoir de l'aube
S'essouffle à prier le silence depuis la veille.
Qu'il vienne et que les cris s'achèvent, que les corps
S'endorment mêlés dans le coton crevé.

Dans le matin cassé des paupières s'ouvrent
Alors que la nuit en a cousu d'autres
d'un baiser métallique.
Et les voix sans regards n'osent poser les mots
sur les corps éraillés
Sur le pavé gonflé
Contre leur joue.

Le brouillard poisse l'âme en ce matin cassé
Et la poussière s’éteint
Comme chandelle au vent. »

Pour en savoir sur ce numéro 2 de « Revu », vendu au prix de 5 € (+ 3 € de frais de port), contact : http://revularevue.wixsite.com/revu (vous pourrez également entendre sur ce site certains des poèmes publiés dans ce numéro).

vendredi 4 novembre 2016

Revue L'intranquille n°11


Le numéro 11, paru l'hiver dernier, de la revue L'intranquille (21 cms X 25 cms), animée par Françoise Favretto, Jean-Pierre Bobillot, Marie Cazenave, Jean Esponde et publiée par l'Atelier de l'agneau éditeur, contient des textes de Carole Naggar, Federigo Tozzi (traduction de Philippe Di Meo), Manfred Peter Hein (traduction de Natacha Ruedin-Royon), Stéphane Casenobe, Marc-Antoine Graziani, Louis Arcade, Chloé Charpentier, pour les nouveaux poètes.

Le lecteur trouve également un dossier consacré au thème du « Désopilant », avec des textes de Rabelais, Jean-Marc Proust, Gilbert Lascault et Laurent Grison, Natale, Philieppe Jaffeux, Pierre Le Pillouer, Christoph Bruneel, Gabrielle Jarzynski, Jean-Luc Coudray, Eugène Ostashevsky, Sophie Schulze, Benoit Gréan, ainsi que des élèves du collège Marie Curie à Paris, écrits dans le cadre d'un atelier d'écriture animé par Tristan Felix (et par ailleurs publiés aux éditions Corps Puce, cf chronique du 14 juin 2016 publiée dans le blog « Poésie chronique ta malle »).

Ce numéro 11 s'achève par un extrait du journal intime de Léon Tolstoï, et par la rubrique critique, avec des chroniques de Jean Esponde et Françoise Favretto.

Extrait du numéro, la troisième partie d'un poème de Chloé Charpentier, intitulé « Il palpite un pouls à votre poignet » :

« 3

Dans un bus de banlieue tout se croise et se décroise
comme les doigts de l'infortune
noirs blancs jaunes rouges ou métisses
la palette chromatique qui manque à la liberté
debout assis serrés les uns contre les autres
il faut un bus pour rapprocher les hommes d'eux-mêmes
il faut un bus pour connaître la violence de ce que souffrent les malfrats
pour emmener son enfant à l'école
bref pour connaître la joie simple
d'être au monde parmi les autres
de n'être pas une fiche signalétique mais
un corps qui vit au milieu d'autres
en sentant la sueur du pauvre et la sueur de l’ouvrier
le parfum du supermarché de celle qui mâche un chewing-gum menthol
et l'after-shave du skinhead
il faut un bus pour sentir ce que c'est que des hommes

Qu'importe où ils arrivent
le bus fait cent fois le même parcours
une ronde éternelle qui ne demande rien
qui n'a rien d'accueillant
qui n'a que cette masse humaine qui monte et qui descend
pas de bons ni de mauvais das le manège
le pédophile monté à bord pour zieuter les gosses
la vieille retenue dans les virages par des sacs de courses plus lourds qu'elle
et l'adolescent qui fait hurler du rap dans ses écouteurs
ils sont tous là et ils se foutent de tout
il n'y a même pas de haine dans leur regard
pas de secret qu'ils n'oseraient dire
et ils sont là quand même »

En ce qui concerne les illustrations, hommage est rendu au mail art de Pascal Ulrich. L’illustration de couverture est de Jean-Marc Scanreigh. Les autres illustrations sont de Gustave Doré, Natale, Patrick Le Divenah, Giovanni Fontana, Cyrille Roussat.

Pour en savoir plus sur le numéro 11 de la revue l'intranquille, dont le prix du numéro est de 16 €, rendez-vous sur le site des éditions : http://www.atelierdelagneau.com/

jeudi 3 novembre 2016

Revue Les Cahiers de Tinbad n°2


Nouvelle revue bisannuelle tirée à 300 exemplaires (17,4 cms X 22 cms) animée par Guillaume Basquin, « Les Cahiers de Tinbad » comprennent des textes des personnes dont le nom apparaît sur la 1ère de couverture ci-dessus.

La revue semble nourrir l'ambition de ne pas publier forcément les auteurs publiés ailleurs - même si j'y retrouve certains noms connus. Ce qui passe aussi par un rééquilibrage en faveur des textes théoriques.

Ainsi, la partie critique est plus abondante dans ce numéro 2 que la partie poétique, au sens strict, si du moins, le classement par genres a encore une raison d'exister, ce dont je doute.

En témoigne d'ailleurs la conférence de Jean-Louis Baudry, publiée ici, sur les frontières floues existant entre « Écrire, fiction et autobiographie ».

Sinon, j'ai trouvé dans les articles critiques plus de poésie que dans les quelques poèmes publiés ici, au sens où je l'entends, c'est à dire comme autant de réservoirs remplis d'images à voir (à l'exception de « Planches ultimes », de Christophe Esnault).

Il faut dire que la présence du cinéma et de son corollaire écrit, le scénario, irriguent avant tout ce numéro.

Je citerai plus particulièrement les chroniques de Guillaume Basquin sur le cinéma de Manoel De Oliveira et de Quentin Tarantino, l'article sur le cinéma Hitchcock, intitulés « Hitchcock va au cinéma », de Mark Rappaport, ainsi que « Le rire triomphant des perdants » de Cyril Huot sur la trace des intellectuels dans la société d'aujourd'hui et « Apocalypse New-York », de Steven Sampson, sorte de scénario autour de l'histoire de l'Amérique et plus particulièrement de la tragédie du 11 septembre.

A signaler enfin l'article de Laurent James sur « L'homme qui arrêta d'écrire : une Divine Comédie humaine ». De quoi peut-être donner l'envie de lire les œuvres de Marc-Edouard Nabe, auteur apparemment controversé.

Pour en savoir plus sur la revue « Les cahiers de Tinbad », dont le prix du numéro est de 15 €, rendez-vous sur le site de son éditeur : http://www.editionstinbad.com 

La Tribune du Jelly Rodger n°8


Le numéro 8 du journal ou magazine, plus que revue, « La Tribune du Jelly Rodger » (29,1 cms X 40,1 cms), comprend des textes de (ça sent les pseudos tout plein !) Eloïse Rey, Seream, Patrick Boutin, Carmiquel, Thomas Dassonville, Elsa Daynac, Chloé Desbiolles, Hugo Fontaine, JB Huet, François Ibanez, Blanche Laviale, Rémy Leboisselier, Bobi Nadsurprise, Blonde Nijinski, Fred Perroncel, Cédric Philieppe, Florent Toniello, Romain Tord, Qad Yougal.

Ainsi que des illustrations de Laura Ancona, Amina Bouajila, Hélène Bléhaut, Aurélien Cantou, Mathieu Chiara, Zad Coquart, Nicolas Despas, Marion Duval, Manon Gaillard, Djtal Humain, Elodie Lasacar, Anne Laval, Juliette Léveillé, Simon Liberlman, Lucas Méthé, Benoîtt Preteseille, Eloïse Rey, Seream, Julie Staebler, Mathieu Zanellato.

Avec les œils de lynx d'Anne Kaiser et de Béatrice Mogenier.

Un grand salut à cette publication poétique qui tranche sur ce qui se fait habituellement, par son format, le mariage quasi-total opéré entre écriture et illustration, l'humour des textes, ainsi que le recours aux deux couleurs reines du numéro 8 de cette Tribune, à savoir la jaune et le bordeaux.

Je précise également que "Jelly Rodger" est la déformation de "Jolly Roger" (nom de drapeau des pirates avec crâne et deux fémurs, emprunté et transformé par les pirates anglais).

Extrait de ce numéro de « La Tribune du Jelly Rodger » :

« BITUROLOGUE

Fin spécialiste des problèmes d'endurance aux cuites, aux muffées, aux charges, aux tôles, aux ivresses ; qui travaille directement sur le foie, afin de le rendre plus résistant à l'absorption d’alcool en quantité niagarastique. (...)

SELDELABAGNOLOGUE

Zutougémimécliste spécialisé dans la perte des clefs de voiture, auprès de patients étourdis » (...)

SOULBUROLOGISTE

Spécialiste de l'haleine des secrétaires et traitement de leurs ménisques trop sollicités par une station agenouillée prolongée (...) »

L’illustration de la première de couverture est de Anne Laval.

Pour en savoir plus sur cette publication, dont le numéro est vendu au prix de 6 €, rendez-vous sur son site : http://www.latribunedujellyrodger.com 

mardi 18 octobre 2016

Revue Traversées n°81


Le numéro 81 de la revue « Traversées » (14,5 cms X 20,9 cms), animée par Patrice Breno, Nadine Doyen, Caroline Callant, Paul Mathieu, Jacques Cornerotte, comprend des aphorismes (dossier spécial) de Francis Chenot, Julien Bestgen, Florent Boucharel, Eric Brogniet, Evelyne Charasse, Alain Dantinne, Théophile de Giraud, Eric Dejaeger, Denis Emorine, Marine Gross, Paul Guiot, Jack Keguenne, Jean-Louis Lejeune, Béatrice Libert, jean-Louis Massot, Paul Mathieu, Francine Minguez, Grégory Pichot, Gérald Purnelle, Jean-Philippe Querton, André Stas et Pierre Tréfois.

Avec également des poèmes (en vers ou en proses) de Jacques Ancet, Tim Buron, Anna Maria Celli, Eric Chassefière, Frédéric Chef, Chantal Couliou, Thierry Crépin-Leblond, Agnès Doligez, Laurent Fels, Jacques Guigou, Gabriel-Eugène Kopp, Daniel Rivel et Richard Rognet.

Une chronique de Henri Cachau (sur Jean-Claude Pirotte) et l'éditorial de Xavier Bordes (sur Yves Bonnefoy).

Et des nouvelles de Ziska Larouge et Sophie Mamouni.

Extrait de ce numéro 81 de « Traversées », ces quelques aphorismes de Jean-Philippe Querton :

« La police de caractère, c'est celle qui frappe à la matraque.

En littérature beaucoup d'appelés, mais peu de lus.

Il est bien plus âgé que moi... Au moins dix ans d'indifférence nous séparent.

Carence en vitamine B 12 ! Torpilleur coulé.

L'ancêtre de la carte à puce, c'est la carte à prépuce ? »

Pour en savoir plus sur la revue « Traversées », dont le numéro est vendu 8 €, contact : http://traversees.wordpress.com/a-propos/

Revue Dissonances n°31


A propos du numéro 31 de la revue Dissonances (de format 21 cms X 29,7 cms), animée par Jean-Marc Flapp, dont le thème est « Désordres », tous est dit dans la couverture ci-dessus (cliquez sur l'image pour mieux y voir) : participants, entretiens (Lambert Schlechter, Tristan Felix), notes critiques de Julie Proust Tanguy, Côme Fredaigue, Anne Monteil-Bauer, Jean-Marc Flapp, sur « Les juins ont tous la même peau », de Chloé Delaume.

Il me reste juste à signaler les autres chroniques de livres de Tristan Felix, Sophie Westendorp, Alban Lécuyer, Anne Vivier, Christophe Esnault, David Marsac, Isabelle Guilloteau et Jean-Marc Flapp.

Extrait de ce numéro 31, ce poème singulier et bien observé de Nathalie Palayret :

« Encore et toujours la chaussette
Seule de l'espèce non accouplée
Aux tyrannosaures désolés qui
Veut mais ne peut aller par deux

Encore et toujours l'épi blond
Pas de blé hélas dressé en dépit
Des ordres sévères de la brosse
Et laque en attaques répétées

Encore et toujours le fond du sac
Sombre lac gouffre pour les
Cartes bleues et bâtons rouges
Dans un triangle hors Bermudes

Encore et toujours je suis là
Même à moi-même déployée
Sans rime ni raison accordée
Patraque foutoir en vie même ».

Pour en savoir plus sur la revue Dissonances, dont le prix du numéro est de 5 €, contact@revuedissonancescom 

Le poète existe-t-il ?


Intitulé « volume hors série de la revue La Passe - 2016 », cette publication s'apparente à celle d'une revue, qui n'est plus vraiment « La Passe », puisque de format différent (ici, plus grand, exactement : 14,7 cms X 21 cms), mais aux préoccupations similaires.

Ainsi, 13 poètes sont appelés pour répondre à la question : « Le poète existe-t-il » ?

Il s'agit de Philippe Blondeau, Jean-Jacques Dorio, Roger Wallet, Philippe Conseil, Christophe Esnault, Jean-Louis Rambour, Lucien Suel, Maurice Mourier, Tristan Felix, Gwen Du, Paul Dalmas-Alfonsi, isabelle Voisin, Anne Peslier, Philiipe Jaffeux.

Et après lecture de ce volume, si le poète existe, c'est de manière furtive et c'est tant mieux. Car ce qui devrait compter, c'est le plaisir de créer, non ?

Extrait de « Le poète existe-t-il », ces quelques aphorismes de Gwen Du :

« L'équilibre des farces atteint la plénitude des forces

Délesté de sa fiente l'oiseau fend les airs au-dessus de l'enfant

Entre le vide et le plein l'évidence suspecte une demi-mesure

La pulpe nouée du poète danse avec les pieds du poulpe nu

Les épiphénomènes délimitent l'envahissement des noumènes

Une vieille omelette fait une coiffe de rêve pour un coq déchu

La création fragilise le néant de son immédiateté

La tortue et l'escargot assignés à résidence peuvent toujours s'entretuer

L'inanité valorise le néant fondateur du sens

Le chauve qui perd ses dents repousse l'édenté qui perd ses cheveux

Chaque espèce multiplie pour mutiler ses pièces de rechange

Deux et deux font quatre seulement si je le veux, vu ?

L'expérience du dedans fait imploser la conscience du dehors »

Pour en savoir plus sur « Le poète existe-t-il », qui vendu au prix de 10 €, contact : tristanfelix@wanadoo.fr, p.a.blondeau@orange.fr

vendredi 7 octobre 2016

Revue Friches n°122


Le numéro 122 de la revue « Friches » (14,1 cms X 21,4 cms) animée par Jean-Pierre Thuillat, est un numéro spécial Prix Troubadours 2016, comme la couverture l'indique, avec des poèmes du lauréat du prix : Antoine Maine, et de ses nominés : Michel Destieu, Claire Garnier-Tardieu, Dominique Marbeau, Mita Vostok et Charles Desailly.

Ce numéro 122 comprend également les rubriques des « revues et relues », d'Alain Lacouchie, « Autres revues et ouvrages récemment reçus » et « Vite dit – vite lu », de Jean-Pierre Thuillat.

À noter que le logo de la couverture est dû au graphiste Benoît Guillo.

Extrait de « Une vie avec le ciel », d'Antoine Maine :

« Chacun vit dans l'ignorance du dehors
en cette ville basse encombrée
de rues sans issue

aux façades les fenêtres sont aveugles
que les hommes ont délaissées
et les femmes les enfants

Je pose mes pieds dans la trace des hérons
qui sont mes frères en inquiétude »


Pour en savoir plus sur ce numéro de la revue « Friches », vendu au prix de 12,50 €, contact : jeanpierre.thuillat@wanadoo.fr

mercredi 5 octobre 2016

Revue Festival Permanent des Mots (FPM) n°12


Le numéro 12 de la revue « Festival Permanent des Mots  (14,7 cms X 21 cms), animée par Jean-Claude Goiri, comprend des textes de Frédéric Porte, Edith Masson, Myriam OH, Adeline Giustinati-Miermont, Béatrice Machet, Catherine Serre, Gabriel Henry, Aurélia Bécuwe, Gabrielle Jarzynski, Nadia Gillard, Jacues Jean Sicard, Georges Thiéry, Murielle Compère-Demarcy, Christophe Sanchez, Hervé Jamin, Chloé Charpentier, Yannick Torlini ainsi que la permanence tenue par Jean-Claude Goiri.

Avec des illustrations de Joë Fernadez (http://www.joe-fernandez.fr/) et d'Alain Minighetti, pour la 4e de couverture.

Extrait de ce numéro 12, à tout seigneur tout honneur, le texte de Jean-Claude Goiri :

« je ne me promène jamais aussi bien que quand je suis bien enfermé, ou plutôt que quand on m'enferme de force, je veux dire que la raciné carrée de la volonté de m’enfermer dans les carrures des autres me sert de base pour calculer le rayon de l'ampleur que je vais prendre multiplié par la longueur qui relie les deux pôles de cette terre et il faut voir alors comment ça valse à chaque respiration de moi, comment ça me prend les tripes d'être aussi libre quand les autres m'enferment dans leur enfermement, et quand ils ont tracé la ligne sur laquelle je dois marcher, je peux vous dire que j'y danse, sans dépasser la ligne, j'y déploie toutes mes largesses, toutes mes façons de danser et de marcher, et surtout sur la ligne étroite que vous tracent tous ceux qui ne savent pas danser et qui veulent vous apprendre comment ça marche les choses alors que personne ne le sait »

Je plébiscite ce texte et tout particulièrement ces derniers mots, qui font du bien. Si ça se trouve, il y a même des poètes « qui veulent vous apprendre comment ça marche les choses alors que personne ne le sait »...


Pour en savoir plus sur la revue FPM, dont le numéro est vendu 8 €, rendez-vous sur son site : http://tarmaceditions.com/

Revue Nouveaux délits n°55


Le numéro 55 de la revue Nouveaux Délits (14,5 cms X 20,5 cms), animée par Cathy Garcia, comprend des poèmes de Luminitza C Tigirlas, Lionel Mazari, Stéphane Casenobe, Sandra Lillo et Laurent Bouisset, ainsi que l'édito et des chroniques de livres de Cathy Garcia (de « Seul le bleu reste », de Samaël Steiner, de « le ciel déposé là », de Jean-Baptiste Pédini et de « ça va aller, tu vas voir », de Christos Ikonomou).

Avec des illustrations (dont celle de couverture) de Doina Vieru.

Extrait de ce numéro 55, « Au bout de la ville », de Sandra Lillo :

« Au bout de la ville
des couloirs étroits de fenêtres
Œils de bœufs borgnes cintrés
au ciel

Couloirs entiers d'ennui chaud
Rab d'alcool
dans la gorge pâteuse du matin
L'hiver
aux arbres aux ponts
Les arabesques du givre irisé

Tirer le rideau sur la journée

Raconte-moi deux fois
sa couleur errante

Lie les deux

Le jour la rue ».

Pour en savoir plus sur la revue « Nouveaux délits », dont le numéro est vendu 6 €, contact : http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/

jeudi 22 septembre 2016

Revue Verso n°166


Le numéro 166 de la revue Verso (14,7 cms X 21,3 cms) comprend des poèmes de William Shakespeare (traduit par Mermed), Pascale Flavigny, Laetitia Lecoeur, Patrice Blanc, Saslac, Clément Bollenot, Marie-Laure Adam, Estelle Gillard, Elodie Loustau, Dominica Miquiaux-Triquet, Anne-Marguerite Michel, Lorraine Pobel, Sylvie Righetti, J. F. Grossard, Florence Picard, Florian Tomasini, Anaïs Karouëne, Dirk Christiaens, Muriel Carrupt, Rébecca Gruel, Patrck Chouissa, François Charvet, François Sannier, Malibert, Tristan Allix, Christophe Petit, Farid Bahri, Geneviève Vidal, Philippe Mollaret, Mélanie Fourgous, Yves Bressande, Eric Savina, McDem, Antoine Durin, Gérard Lemaire, ainsi que des chroniques de Miloud Keddar, Henri Cachau (sur la peinture), Jacques Sicard (sur le cinéma), et les comptes-rendus de lectures de Christian Degoutte, Valérie Canat de Chizy, Jean-Christophe Ribeyre, Gérard Paris, Alain Wexler, et Alain Wexler (+ édito).
 
Les illustrations sont de Philippe Lemaire (1ère de couverture) et Jean Monnet.
 
Extrait de ce numéro 166, un poème d'Antoine Durin :
 
"La contemplation du ruisseau
    m'incite parfois,
à me demander si je suis
sur la bonne rive.
 
Je traîne mon dictionnaire
de questions,
j'ai peur que mon âme
ne trouve le repos, et
cherche en vain
les définitions
de mes
erreurs".
 
Si vous souhaitez en savoir sur la revue Verso, dont le numéro est vendu au prix de 6 €, contact : http://revueverso.blogspot.fr

jeudi 15 septembre 2016

Revue Décharge n°171


Le numéro 171 de la revue « Décharge » (14,8 cms X 20,9 cms) comprend des poèmes de François de Cornière, Françoise Ascal, Daniel Abel, Christophe Jubien, Marie Evkine, Malcom de Chazal, Laurent Albarracin, Patrick Argenté, Olaf H Hauge, Anne-Marie Soulier, Antoine Maine, Didier Bazile, Sophie Van Der Pas, Claire Kalfon, Claire Regy, Jean-François Perrin, Christian Sapin, Irène Duboeuf, Joël Georges, Daniel-Claude Collin, Cécile A Holdban, Jean-Charles Vegliante.

Avec également des entretiens entre Françoise Ascal et Bruno Berchoud, entre Yves-Jacques Bouin et Anne-Marie Soulier, une lettre d'Ivar Ch'Vavar, le droit de suite de Claude Vercey, la présentation des poèmes de Malcom de Chazal par Robert Furlong (et une lecture de Claude Vercey), ainsi que les chroniques de Georges Cathalo, Claude Vercey (« Ruminations »), Mathias Lair, Luce Guilbaud, Florence Saint-Roch, Alain Kewes et Jacques Morin.

Extrait de numéro 171, « Dans un éclair », de Christophe Jubien :

« Dehors, un enfant joue
il ne grandira pas
se transformera
peu à peu, en homme.

Il apprendra un métier
une femme lui fera
une place dans son lit
et un enfant naîtra
de leur étreinte distraite

qu'ils regarderont jouer
dix ans après, par la fenêtre
pleins d'angoisse
et se donnant la main.

Midi moins le quart
le petit vers tiré de terre
par un bec acéré

découvre le soleil
en même temps que la mort ».

Pour en savoir plus sur la revue Décharge », dont le numéro est vendu au prix de 8 €, contact : http://www.dechargelarevue.com/

mercredi 14 septembre 2016

Revue Cabaret n°19


Le numéro 19 de la revue Cabaret (10,4 cms X 14,7 cms), animée par Alain Crozier, a pour thème « le temps des gitanes » et comprend des poèmes de Kévas Apostolova (traduite par Anélia Véléva), Alexandra Bougé, Estelle Cantala, Olivia Del Proposto, Simona-Grazia Dima (traduite par Andrei Cadar), Stella Vinitchi Radulescu et Sanda Voïca.

L'éditorialiste de ce numéro 19 est Etienne Liebig.

Les illustrations (dont celle de couverture) sont de Sabrina Cerisier.

Extrait de ce numéro 19, « Au pays » d'Estelle Cantala :

« Ce pays est un asile
de folies multicolores
où l'on revient pour
retrouver
la part de soi
qui rêve
paisiblement
aussi naïvement que l'enfant
- celui qui sait qu'il sera bercé le soir même
sous le chant des grillons
le bruit des moteurs
ou de l'accordéon
On s'y rend pour l'endormir
avec le sentiment que
le vent
ou l'air
de cette bouche
de métro
vous transporte vers une autre rive ».

Pour en savoir plus sur la revue Cabaret, dont le numéro est vendu au prix de 2,5 €, rendez-vous sur son site : http://www.revuecabaret.com/

Revue Comme en poésie n°67


Le numéro 67 de la revue « Comme en poésie » (13,7 X 21,1 cms) animée par Jean-Pierre Lesieur, comprend des poèmes ou textes courts de Odile Gatini, Fabienne Alliot, Jacques Merckx, Basile Rouchin, Philippe Minot, Eric Nicolafei Chen, Daniel Louis-Etxeto, Marion Lafage, Luminitza C. Tigirlas, Didier Bazile, Hervé Jamin, Vincent Cadet, Béatrice Kad (in memoriam), Sandrine Davin, Anna Ayanoglou, Stella Vinichi Radulescu, Christine Dumont Fillond, Gabrielle Burel, Ludovic Chaptal Phil Soriano, Jeanpyer Poëls, Ferruccio Brugnaro, Bénédicte Montjoie, Dominique Marbeau, Jacques Bonneton, Florent Toniello, Ludovic Chaptal, Annabelle Verhaegue, Patrice Lumeau, Marc-Antoine Graziani, Evelyne Charasse, Irène Duboeuf, Claude Albarède, Olivier Millot, Michelle Caussat, Bernard Picavet, Kiko, Denis Parmain.

Avec les rubriques habituelles des « Cartes légendées », de la « Cité critique » et des informations sur les autres revues, ainsi qu'une page sur le Marché de la poésie à Paris, et les courriers de Line Szollosy et Jacques Rolland.

Les illustrations de ce numéro 67 sont de Flam, à qui est consacrée l'édito.

Extrait de « Comme en poésie », « Fragment » de Marc-Antoine Graziani :

« Ce sont des complications nomades de l'air qu'on appelle le vent que naissent les vraies envies de décollement des mots et de leur moelle noire saturés d'habitude par les heurts disruptifs de la ponctuation en tant que préposée au compactage et qui en bonne milice de l'information ne rêverait jamais au mot flottant impossible masse de la phrase elle-même abandonnée à n'être plus que l’interminable fragment d'une logorrhée plus ancienne posée comme une éminence inconnue sur l'horizon sans fin de la précédence grammaticale. »

Pour en savoir sur la revue « Comme en poésie », dont le numéro est vendu au prix de 3 €, rendez-vous sur le blog de la revue : http://comme.en.poesie.over-blog.com/

samedi 3 septembre 2016

Revue Microbe n°97


Le numéro 97 de la revue Microbe (10,5 X 14,8 cms), animée par Eric Dejaeger, dont il s'agit de l'un des derniers opus (la revue s'arrête au 100ème numéro), comprend des textes d'Olivier André, Daniel Birnbaum, Marc Bonetto, Julien Boutreux, Jean-Marc Couvé, Alain Crozier, Eric Dejaeger, Patrick Fregonara, Jean-Baptiste Happe, Gabriel Henry, Cédric Landri, Fabrice Marzuolo, Jean-Loup Nollomont, Marie-France Ochsenbein, Jean Pézennec, Jean-Philippe Querton, Olivier Robert et Alain Sagault.

Les illustrations (dont celle de couverture) sont de Jean-Paul Verstraeten.

Extrait de ce numéro 97, et de Jean-Baptiste Happe :

"maintenant qu'ils sont morts
les grands écrivains
bah
ils sont morts quand-même
les petits hommes
eux
ne font pas la queue
avec leur squelette
à l'entrée du Panthéon
ils se dispersent
dans la terre de France
ils laissent là
un costard fabriqué en Chine
forcément trop grand
(avec le temps sous terre
les petits hommes
fidèles à eux-mêmes
diminuent encore)"

Et pour en savoir plus sur la revue Microbe, dont les 3 derniers numéros coûtent 5,50 € (tarif Europe), contact : http://courttoujours.hautetfort.com/

vendredi 19 août 2016

Revue Les hésitations d'une mouche n°78


Animée par Robert Serrano, la revue « Les hésitations d'une mouche » (13 cms X 18 cms), à laquelle collaborent Brigitte Serrano, Georges Elliautou et Bernard Gallois, comprend, en son numéro 78, des nouvelles ou textes courts de Guy Lacour, Sabine Huchon, Brice Gautier, Daniel Birnbaum, Eve Villa, Barbara Savournin, Eric Savina et Gabrielle Burel, ainsi que des poèmes de Sabine François, Renaud Lejeune et Philippe Mallein.

L'entretien de ce numéro est consacré au travail de photographie d'Eric Renard, qui est également l'auteur de la photographie de couverture.

Extrait du numéro, le début de « Volte-face », de Gabrielle Burel, texte bien ancré dans la réalité d'aujourd'hui :

« Francis lui avait promis le poste ! Comment avait-il pu le donner à un autre ?

Scandalisée, Sandrine fit irruption dans le bureau du responsable sans même frapper.

Il avait entendu son pas dans le couloir et saisi le téléphone. Quand elle entra, il montra l'appareil d'un air fébrile, en s'excusant d'un geste de la main... »

Pour en savoir plus sur « Les hésitations d'une mouche », dont le numéro est vendu au prix de 2 €, contact : lecritdelamouche@yahoo.fr

mercredi 20 juillet 2016

Revue Festival Permament des Mots (FPM) n°11


Le numéro 11 de la revue « Festival Permament des mots » (14,7 cms X 21 cms), alias FPM, animée par Jean-Claude Goiri, comprend des poèmes ou proses poétiques de Jacques Ancet, Amélie Guyot, Jean-Christophe Belleveaux, François Vinsot, Joëlle Thinard, Mathieu Crochet, Pascal Dandois, Kenny Ozier-Lafontaine, Thierry Radière, Marine Gross, Eve de Laudec, Gaëtan Lecocq, Jacques Jean Sicard, Georges Thiéry, Murielle Compère-Demarcy, Christophe Sanchez, Serge Marcel Roche, Hervé Jamin, Bruno Odile, Edith Masson et Jean-Claude Goiri.

L'illustration de couverture est de Joë Fernandez. Les autres illustrations sont de Amélie Guyot, Grégory Pichot (photographies), Vincent Lefebvre (poème-image), Didier Mélique (pour le poème de Murielle Compère-Demarcy).

A noter que la présentation sobre de cette publication, remarquablement efficace et qui forge son identité, déjà reconnaissable entre toutes, est due au travail du maquettiste Joë Fernandez.

Extrait du numéro 11 de « FPM », quelques aphorismes bien sentis de François Vinsot, extraits de « Un livre à plat » :

« A quel âge devient-on totalement soluble dans un réseau social et combien de temps faut-il ?

***

C'est un gars qui trouve un coin tranquille, il en parle à la télé et puis après il se plaint qu'il y ait du monde.

***

Découvrir que la tristesse est inversement proportionnelle au bonheur espéré lorsque l'équation possède trop d'inconnus et de variables ».

Pour en savoir plus sur la revue « Festival Permanent des Mots », dont le numéro est vendu 8 €, rendez-vous sur son site : http://fepemos.com/

jeudi 7 juillet 2016

Revue Microbe n°96


La revue Microbe, éditée par Eric Dejaeger et Paul Guiot, est, en son numéro 96, animée par Antoine Gallardo, alias le Boucher du Luberon. 

Avec des textes de Brigitte Baumié, Emanuel Campo, Boris Crack, Sadou Czapka, Tarek Essaker, Robin Decourcy, Mireille Disdero, Estelle Dumortier, Alain Fisette, François-Xavier Farine, Frédérick Gambin, Armand Le Poête, Cédric Lerible, Lionel Lathuille, Natyot, Claire Rengade.

Les photographies (y compris de la couverture) sont d'Antoine LnP.

Extrait de ce numéro 96 « La reconnaissance », de Natyot :

« Je regarde le chien qui tourne. Il cherche à se mordre la queue. Il tourne sur lui-même. Il ne s'arrête pas de tourner. C'est étrange. Il ne sent pas qu'il est ridicule, pourtant il l'est. Il n'arrivera pas à attraper sa queue, il devrait le savoir, ce n'est pas la première fois qu'il essaye, il s'entête.
Je regarde le chien acharné, le chien qui s'entête sans crainte du ridicule, le chien qui tourne A chaque tour, il me lance des regards. Des interrogations. A chaque tour, il me pose une question. De toute évidence, il me pose une question.
C'est quoi ta question le chien ? Tu veux mon avis sur tes chances de réussite ? Tu veux ma confiance ? De l'encouragement ?
Je dis c'est bien le chien et il s'arrête de tourner. »

Et pour en savoir plus sur ce numéro 96 (les 4 derniers numéros de Microbe sont vendus 7 € tarif Europe), contact : http://courttoujours.hautetfort.com/


mercredi 22 juin 2016

Revue Cabaret n°18


Le numéro 18 de la revue Cabaret (10,3 cms X 14,9 cms), animée par Alain Crozier, comprend des poèmes de Murièle Camac, Audrey Chambon, Mireille Disdero, Bluma Finkelstein, Gabrielle Jarzynski, Lorraine Pobel, Edith Soonckindt, Marie-Laure Vallée.

L'homme publié dans ce numéro est Michel Serraille.

L'illustratrice (notamment de la couverture) est Will Steen.

Sous-titré « Looking for Corto », ce numéro 18 offre un périple digne de ceux de Corto Maltese, à travers différentes régions du monde.

Malgré la beauté de tous ces voyages, je ne peux m'empêcher de citer un extrait de « D'un pays l'autre », d’Édith Soonckindt :

« Être ici, ou être là parfois là-bas.
Partir et revenir, rester, d'autres fois.
Découvrir et sentir, trembler et aimer.
On ne sait plus où l'on est, on ne sait plus qui l'on est.
C'est un état évanescent, un état d'altérité différentielle.
Rencontrer l'autre alors qu’au coin de sa rue il n'en manque pas, pourtant.
S'abreuver de paysages, que l'on suppose différents ?
Goûter d'autres nourritures, d'autres vies, d'autres climats,
d'autres façons de penser le monde.
On les croit si différentes.
Alors que
partout
les gens se lèvent les gens s'habillent
les gens mangent les gens travaillent
les gens s'amusent et les gens aiment
dans un sempiternel mouvement. (etc.) »

Pour en savoir plus sur la revue « Cabaret » dont le numéro est vendu 2,50 €, contact sur le site de l'éditeur de la revue : http://www.revuecabaret.com/