mardi 6 décembre 2016

Revue Cabaret n°20


La playlist du numéro 20 de la revue Cabaret (10, 4 cms X 14,9 cms), animée par Alain Crozier, est inscrite sur sa couverture, reproduite ci-dessus.

Je précise que l'édito est de Muriel Carrupt et que les illustrations de ce numéro (dont celle de couverture) sont de Sophie Brassart.

Extrait du numéro 20, le poème ci-dessous de Claire Kalfon :

« Quand le ciel est charbonneux
Il fait nuit dans ma cage thoracique
Les mères quittent la scène
Les unes après les autres
Laissant derrières elles
Les gouttières obstruées
Les descentes
En épingle à cheveux
Et les lisières silencieuses

Quand le présent est tendu
Comme une peau de tambour
Entre ici et tout à l'heure
Voici celle qu'on n'attend pas
Une trouée dans les nuages
Où se faufilent du bleu
Du mauve et de l'incontournable
Alors je mets mon pas parmi les pas
Et je respire »

Pour en savoir plus sur la revue Cabaret, dont le numéro est vendu au prix de 2,5 €, contact : http://www.revuecabaret.com/

vendredi 2 décembre 2016

Revue Interventions à Haute Voix n°56


Le numéro 56 de la revue « Interventions à Haute Voix » (14 X 20 cms), animée par Gérard Faucheux et la MJC de la Vallée de Chaville (25 rue des Fontaines Marivel 92370 CHAVILLE), comprend des textes de Danielle Allain Guesdon, Eliane Bidermann, Anne-Lise Blanchard, Anne Bouchara, Ferruccio Brugnaro (traduit de l'italien par Jean-Luc Lamouille et Béatrice Gaudy), Françoise Caron, Stéphane Casenobe, Chloé Charpentier, Eric Chassefière, Guy Chaty, Gérard Cléry, Gérard Faucheux, Cathy Garcia, Béatrice Gaudy, François Ibanez, Alain Lacouchie, Bernard Le Blavec, Jean-Luc Le Cleac'h, Gérard Lemaire, Eve Lerner, Jacques Lucchesi, Fabienne Moineaud, Jean-Jacques Nuel, Teresinka Pereira (traduit du portugais par Béatrice Gaudy), Patrice Perron, Mireille Podchlebnick, Edouard Richebonne, Basile Rouchin, Alejandro Stuard (traduit par Béatrice Gaudy).

Le thème de ce numéro est « Indignons-nous !» (avec un édito de Marie-José Christien).

Les illustrations sont d'Eliane Biedermann, Christine Delcourt, Jean-François Cochelin, Cathy Garcia (pour la une de couverture), Béatrice Gaudy.

Les notes de lecture (des recueils de poèmes et des revues) sont d'Eliane Biedermann, Laurent Bayssière, Guy Chaty, Jean-Louis Bernard, Marie-José Christien (sur les éditions du Petit Véhicule), Gérad Paris, Pierre Tanguy, Béatrce Gaudy, Lucien Wasselin, Basile Rouchin, Gérard Faucheux.

Extrait de ce numéro 56, et de Gérard Lemaire, décédé le 7 octobre dernier :

« Comment ignorer la violence
Je l'entends jusque dans le ventre des mères

Pardon de ne pas être inoffensif
Certains poèmes ne peuvent être montrés à personne

Il existe une beauté sombre
Elle brûle les doigts et peut-être tout le corps

J'entends la violence en me bouchant les oreilles
Enfant dans un valdingue de quartier

Pas innocent plus qu'un autre et la moyenne
Je ne pouvais devenir le héros que j'aurais voulu

Le destin m'avait laissé sans arme
Les autres se servaient de moi à loisir

Bien sûr j'essaie l'élégance en singeant le hasard
Parfois la violence fait semblant de s'éloigner ».

Pour en savoir plus sur la revue « Interventions à Haute Voix », dont le numéro est vendu au prix de 12 €, contact : gerard.faucheux@numericable.fr

mardi 22 novembre 2016

Revue Microbe n°98


Le numéro 98 de la revue Microbe (10,4 cms X 14,9 cms), animée par Eric Dejaeger et Paul Guiot, comprend des textes de Jane Agou, Eric Allard, Monique Benintendi, Raphaëlle Blomberg, Pascale Chomier, Pierre Desagre Jean-Marc Flahaut, Paul Guiot, Frédérick Houdaer, Jo Hubert, Marc Menu, Grégory Pareira, Hélène Piris, Franceco Pittau, Véronique Pollet, Sammy Sapin, Isabelle Voscaroudis. Avec des photographies de Pierre Desagre (dont celle de couverture).

Extrait du numéro 98 de « Microbe », et de Raphaëlle Blomberg :

« Devant le théâtre, mon vélo est attaché bas.

Faisant pivoter la clef dans l'antivol, je souris de mon achat compulsif, comme ça en passant devant le théâtre : j'ai pris des places pour Dorian Gray.

Dorian Gray, un béguin d'ado.

Les baskets d'un jeune homme viennent s'immobiliser sur l'asphalte devant moi.

Je relève la tête et c'est, en contre-plongée, le même jeune homme que sur l'immense affiche au fronton du théâtre derrière lui, Dorian Gray un gamin qui regarde une dame détacher son vélo, Dorian Gray qui sourit démaquillé de près, Dorian Gray en pantalon de toile, Dorian Gray en plein soleil qui attend souriant de pouvoir accéder à son vélo.

Est-ce qu'il y a,
dans ta vie,
des mouvements caméra
de folie ? »

Pour en savoir plus sur la revue Microbe, dont c'est l'antépénultième numéro, contact : http://courttoujours.hautetfort.com/

jeudi 10 novembre 2016

Revu n°2


Le numéro 2 de la revue « Revu » (15 cms X 21 cms), dont le thème est « Trottoir, la ville à nos pieds », comprend des textes ou photographies de Nahida Bessadi, Julien Blaine, Guillaume Blanco, Marie Bouchez, Ronan Charles, Chloé Charpentier, Patrick Chavardès, Théophile Coinchelin, Ed Dantes, Louison Dolomez, Khalid el Morabethi, Patrick Dubost, Nawal Fahrat, Cyril Faucher, Estelle Fenzy, Tom Nisse, Amélie Guyot Hector Haas, Denis Heudré, René-Ralf, Chloé Latouche, Christophe Manon, Julie Maurice, Jean-Jacques Marimbert, Théo Maurice, Marine Gross, Simon-Pierre Menard de Saint-Just, Mathieu Olmedo, Ahmed Slama, Elise Vandel-Deschaseaux, Manon Roth, Gilbert Vautrin, Gilles Videux, Didier Zanon, A 427.

À noter la rubrique critique de « Situations » avec notamment un article de Chloé Charpentier intitulé « L'escargot », sur la lenteur dans la ville.

Extrait de ce numéro 2 de « Revu », ce poème de Marie Bouchez :

« Dans le matin cassé une poussière
Luit.
Elle pépie faiblement sur le trottoir de l'aube
S'essouffle à prier le silence depuis la veille.
Qu'il vienne et que les cris s'achèvent, que les corps
S'endorment mêlés dans le coton crevé.

Dans le matin cassé des paupières s'ouvrent
Alors que la nuit en a cousu d'autres
d'un baiser métallique.
Et les voix sans regards n'osent poser les mots
sur les corps éraillés
Sur le pavé gonflé
Contre leur joue.

Le brouillard poisse l'âme en ce matin cassé
Et la poussière s’éteint
Comme chandelle au vent. »

Pour en savoir sur ce numéro 2 de « Revu », vendu au prix de 5 € (+ 3 € de frais de port), contact : http://revularevue.wixsite.com/revu (vous pourrez également entendre sur ce site certains des poèmes publiés dans ce numéro).

vendredi 4 novembre 2016

Revue L'intranquille n°11


Le numéro 11, paru l'hiver dernier, de la revue L'intranquille (21 cms X 25 cms), animée par Françoise Favretto, Jean-Pierre Bobillot, Marie Cazenave, Jean Esponde et publiée par l'Atelier de l'agneau éditeur, contient des textes de Carole Naggar, Federigo Tozzi (traduction de Philippe Di Meo), Manfred Peter Hein (traduction de Natacha Ruedin-Royon), Stéphane Casenobe, Marc-Antoine Graziani, Louis Arcade, Chloé Charpentier, pour les nouveaux poètes.

Le lecteur trouve également un dossier consacré au thème du « Désopilant », avec des textes de Rabelais, Jean-Marc Proust, Gilbert Lascault et Laurent Grison, Natale, Philieppe Jaffeux, Pierre Le Pillouer, Christoph Bruneel, Gabrielle Jarzynski, Jean-Luc Coudray, Eugène Ostashevsky, Sophie Schulze, Benoit Gréan, ainsi que des élèves du collège Marie Curie à Paris, écrits dans le cadre d'un atelier d'écriture animé par Tristan Felix (et par ailleurs publiés aux éditions Corps Puce, cf chronique du 14 juin 2016 publiée dans le blog « Poésie chronique ta malle »).

Ce numéro 11 s'achève par un extrait du journal intime de Léon Tolstoï, et par la rubrique critique, avec des chroniques de Jean Esponde et Françoise Favretto.

Extrait du numéro, la troisième partie d'un poème de Chloé Charpentier, intitulé « Il palpite un pouls à votre poignet » :

« 3

Dans un bus de banlieue tout se croise et se décroise
comme les doigts de l'infortune
noirs blancs jaunes rouges ou métisses
la palette chromatique qui manque à la liberté
debout assis serrés les uns contre les autres
il faut un bus pour rapprocher les hommes d'eux-mêmes
il faut un bus pour connaître la violence de ce que souffrent les malfrats
pour emmener son enfant à l'école
bref pour connaître la joie simple
d'être au monde parmi les autres
de n'être pas une fiche signalétique mais
un corps qui vit au milieu d'autres
en sentant la sueur du pauvre et la sueur de l’ouvrier
le parfum du supermarché de celle qui mâche un chewing-gum menthol
et l'after-shave du skinhead
il faut un bus pour sentir ce que c'est que des hommes

Qu'importe où ils arrivent
le bus fait cent fois le même parcours
une ronde éternelle qui ne demande rien
qui n'a rien d'accueillant
qui n'a que cette masse humaine qui monte et qui descend
pas de bons ni de mauvais das le manège
le pédophile monté à bord pour zieuter les gosses
la vieille retenue dans les virages par des sacs de courses plus lourds qu'elle
et l'adolescent qui fait hurler du rap dans ses écouteurs
ils sont tous là et ils se foutent de tout
il n'y a même pas de haine dans leur regard
pas de secret qu'ils n'oseraient dire
et ils sont là quand même »

En ce qui concerne les illustrations, hommage est rendu au mail art de Pascal Ulrich. L’illustration de couverture est de Jean-Marc Scanreigh. Les autres illustrations sont de Gustave Doré, Natale, Patrick Le Divenah, Giovanni Fontana, Cyrille Roussat.

Pour en savoir plus sur le numéro 11 de la revue l'intranquille, dont le prix du numéro est de 16 €, rendez-vous sur le site des éditions : http://www.atelierdelagneau.com/

jeudi 3 novembre 2016

Revue Les Cahiers de Tinbad n°2


Nouvelle revue bisannuelle tirée à 300 exemplaires (17,4 cms X 22 cms) animée par Guillaume Basquin, « Les Cahiers de Tinbad » comprennent des textes des personnes dont le nom apparaît sur la 1ère de couverture ci-dessus.

La revue semble nourrir l'ambition de ne pas publier forcément les auteurs publiés ailleurs - même si j'y retrouve certains noms connus. Ce qui passe aussi par un rééquilibrage en faveur des textes théoriques.

Ainsi, la partie critique est plus abondante dans ce numéro 2 que la partie poétique, au sens strict, si du moins, le classement par genres a encore une raison d'exister, ce dont je doute.

En témoigne d'ailleurs la conférence de Jean-Louis Baudry, publiée ici, sur les frontières floues existant entre « Écrire, fiction et autobiographie ».

Sinon, j'ai trouvé dans les articles critiques plus de poésie que dans les quelques poèmes publiés ici, au sens où je l'entends, c'est à dire comme autant de réservoirs remplis d'images à voir (à l'exception de « Planches ultimes », de Christophe Esnault).

Il faut dire que la présence du cinéma et de son corollaire écrit, le scénario, irriguent avant tout ce numéro.

Je citerai plus particulièrement les chroniques de Guillaume Basquin sur le cinéma de Manoel De Oliveira et de Quentin Tarantino, l'article sur le cinéma Hitchcock, intitulés « Hitchcock va au cinéma », de Mark Rappaport, ainsi que « Le rire triomphant des perdants » de Cyril Huot sur la trace des intellectuels dans la société d'aujourd'hui et « Apocalypse New-York », de Steven Sampson, sorte de scénario autour de l'histoire de l'Amérique et plus particulièrement de la tragédie du 11 septembre.

A signaler enfin l'article de Laurent James sur « L'homme qui arrêta d'écrire : une Divine Comédie humaine ». De quoi peut-être donner l'envie de lire les œuvres de Marc-Edouard Nabe, auteur apparemment controversé.

Pour en savoir plus sur la revue « Les cahiers de Tinbad », dont le prix du numéro est de 15 €, rendez-vous sur le site de son éditeur : http://www.editionstinbad.com 

La Tribune du Jelly Rodger n°8


Le numéro 8 du journal ou magazine, plus que revue, « La Tribune du Jelly Rodger » (29,1 cms X 40,1 cms), comprend des textes de (ça sent les pseudos tout plein !) Eloïse Rey, Seream, Patrick Boutin, Carmiquel, Thomas Dassonville, Elsa Daynac, Chloé Desbiolles, Hugo Fontaine, JB Huet, François Ibanez, Blanche Laviale, Rémy Leboisselier, Bobi Nadsurprise, Blonde Nijinski, Fred Perroncel, Cédric Philieppe, Florent Toniello, Romain Tord, Qad Yougal.

Ainsi que des illustrations de Laura Ancona, Amina Bouajila, Hélène Bléhaut, Aurélien Cantou, Mathieu Chiara, Zad Coquart, Nicolas Despas, Marion Duval, Manon Gaillard, Djtal Humain, Elodie Lasacar, Anne Laval, Juliette Léveillé, Simon Liberlman, Lucas Méthé, Benoîtt Preteseille, Eloïse Rey, Seream, Julie Staebler, Mathieu Zanellato.

Avec les œils de lynx d'Anne Kaiser et de Béatrice Mogenier.

Un grand salut à cette publication poétique qui tranche sur ce qui se fait habituellement, par son format, le mariage quasi-total opéré entre écriture et illustration, l'humour des textes, ainsi que le recours aux deux couleurs reines du numéro 8 de cette Tribune, à savoir la jaune et le bordeaux.

Je précise également que "Jelly Rodger" est la déformation de "Jolly Roger" (nom de drapeau des pirates avec crâne et deux fémurs, emprunté et transformé par les pirates anglais).

Extrait de ce numéro de « La Tribune du Jelly Rodger » :

« BITUROLOGUE

Fin spécialiste des problèmes d'endurance aux cuites, aux muffées, aux charges, aux tôles, aux ivresses ; qui travaille directement sur le foie, afin de le rendre plus résistant à l'absorption d’alcool en quantité niagarastique. (...)

SELDELABAGNOLOGUE

Zutougémimécliste spécialisé dans la perte des clefs de voiture, auprès de patients étourdis » (...)

SOULBUROLOGISTE

Spécialiste de l'haleine des secrétaires et traitement de leurs ménisques trop sollicités par une station agenouillée prolongée (...) »

L’illustration de la première de couverture est de Anne Laval.

Pour en savoir plus sur cette publication, dont le numéro est vendu au prix de 6 €, rendez-vous sur son site : http://www.latribunedujellyrodger.com